Les Smart Leaders, "key people" dans le développement des compétences du futur

Si le monde du travail connaît une révolution culturelle, organisationnelle et technologique complexe ; s'il est difficile de prédire la forme qu'il revêtira dans quelques dizaines d'années tant le paysage est incertain, les plus optimistes prospectivistes de la Sphère RH y voient pourtant un nombre incalculable d'opportunités.


Nous avons rencontré Romain Rabier, résolument de la branche des optimistes, expert de la Transformation des compétences et auteur de Smart Leaders, publié aux Editions Ellipses.

Dans cet ouvrage, composé de fiches pratiques, Romain Rabier propose aux (futurs) managers et aux leaders de faire de cette période de profonds changements, un terrain riche d'opportunités pour se développer, tout en apprenant à éviter les dangers. Comment ? En faisant évoluer ses propres compétences vers celles qui feront la différence demain et augmenteront son employabilité. Pour cela, Romain Rabier passe en revue le fonctionnement des intelligences, des différents types de compétences, des mécaniques d'apprentissage, pour mieux comprendre les enjeux et décider de sa propre trajectoire.



Lors de notre interview, l'auteur de Smart Leaders est revenu sur toute une série d'éléments-clés qui façonneront les compétences du futur.



Skilltroc : "Il y a un chiffre que l'on a vu partout, qui a été surexploité, voire tordu dans tous les sens.

Que raconte t-il du futur du travail, ce chiffre : "85% des métiers de demain n'existent pas encore ?"

Romain Rabier : "C'est un chiffre qu'il faut prendre avec recul et mesure. D'abord, quand on parle de "métiers qui n'existent pas", les études montrent de plus en plus qu'on est dans des activités qui se transforment et qui transforment in fine les métiers, plus que des métiers qui vont totalement émerger. Pour les métiers en phase d'automatisation, on peut en effet affirmer que certains vont totalement disparaître, mais c'est une frange qui tourne autour de 10% à 15%. Ceux qui ne sont pas directement touchés seront quand même impactés, et on assistera surtout à une révolution des compétences demandées. Après, est-ce que ce chiffre-là, ce n'est pas simplement du marketing ? Pour moi, ça en est, pour l'instant, plus qu'une chose sur laquelle on peut appuyer des faits !"



Skilltroc : "Smart Leaders, est un ouvrage volontairement pratique, segmenté en fiches, cherchant à guider les managers vers les compétences du futur.

Quelles sont-elles ces fameuses compétences du futur ?"

Romain Rabier : D'abord, je rappelle que ce sont des compétences établies, qui sont issues d'un certain nombre de rapports internationaux et de réflexions sur la façon dont évolue le travail. Ces compétences, je les ai catégorisées en 4 familles :

Les Méta-compétences humaines, ce sont finalement celles qui font la singularité de l'humain et de son cerveau, par rapport à la machine. Bref, celles qui permettent de comprendre comment nous raisonnons, nous mémorisons, nous apprenons…

Les compétences cognitives : ce sont les compétences qui vont nous servir à créer de la valeur avec notre cerveau (la créativité, la transdisciplinarité...)

Les compétences sociales : dans un monde Homme-Machine, l'enjeu numéro un pour l'Humain sera que son espèce perdure, et en ça, il devra s'intéresser aux autres et les amener vers les chemins les plus vertueux possible grâce à son intelligence émotionnelle.

Les compétences situationnelles : ce sont les compétences qui vont nous aider à tirer parti du monde de demain (et donc à prendre des bonnes décisions, à avoir un jugement éclairé, être acteur de son parcours).



Skilltroc : "Pour continuer à rentrer dans ce défi RH, il y a une notion que vous abordez et que nous avons trouvée très intéressante. Elle concerne l'urbanisation à mener côté RH.

L'Urbanisation RH, de quoi s'agit-il ?"

Romain Rabier : "Cela vient avant tout d'une conviction qui est de dire que les compétences sont un actif de l'entreprise de demain, qui conférera un leadership plus ou moins fort. Il faut dès lors travailler sur cet actif qui est souvent très peu connu et très peu valorisé dans les organisations. Il y a encore beaucoup de grandes entreprises qui ne savent pas dire ce que leurs employés savent faire ; de ce qu'ils ont appris et font aujourd'hui pour elles, à ce qu'il ont appris dans leurs précédents jobs ! Ces compétences, l'organisation ne les connaît pas et ne va même pas chercher à les connaître ! Donc forcément, elles n'en tirent aucune valeur. La question de "l'urbanisation RH" apparaît dès lors que l'on commence à croire en cette importance des compétences. Dans le monde de l'Entreprise de Demain, d'un point de vue purement stratégique, le DRH deviendra le garant de cette urbanisation des ressources humaines. Il quittera son rôle administratif pour se positionner au "carrefour" de la gestion des compétences et deviendra en quelque sorte, un hub sur l'ensemble de ces problématiques. Aidé notamment par toutes les analytics et datas qu'il aura à sa disposition, il devra faire en sorte de répondre aux besoins des équipes, des missions, des projets en positionnant les bons talents au bon moment et au bon endroit. C'est ainsi qu'il créera de la valeur. En endossant ce rôle, charge au DRH de sensibiliser et acculturer tout le middle management à ce que sont les compétences, comment les chercher, comment les trouver et les valoriser"



Skilltroc : "Vous évoquez le management intermédiaire et son rôle-clé dans l'organisation de demain. Cela nous renvoie à cette notion de "Smart Leaders".

"Qui sont-ils ces Smart Leaders ? Les middle managers ?"

Romain Rabier : "Les Middle Managers, mais pas que... Derrière cette notion, ce sont tous les individus qui ont cette conviction que les compétences sont centrales et qui essayent de prendre en main leur employabilité, et celles des autres. Le Smart Leader, c'est celui qui va aussi générer dans l'organisation, une transformation appuyée sur ce que j'assimilerais à une gestion agile des compétences. On définit finalement quelles compétences on veut développer, puis on expérimente des petites choses au quotidien. On évalue la pertinence, la valeur ajoutée et on recommence encore et encore à micro-expérimenter pour progressivement faire évoluer l'organisation."

(NB : le livre contient une cinquantaine de micro-expérimentations)



Skilltroc : "On aimerait beaucoup recueillir votre avis sur le Peer-Learning, qui est au cœur de l'expérience Skilltroc et qui rejoint cette idée d'expérimentation permanente.

Face au challenge de la transformation des compétences, que pensez-vous du Peer-Learning ?"

Romain Rabier : Le Peer-Learning peut effectivement être un levier extrêmement important ! Mais, de la même manière, il doit vraiment s'organiser, c'est-à-dire que de manière individuelle, son utilisation peut être vertueuse un temps ; après c'est vraiment dans la compréhension fine des métiers de l'organisation que cela va se jouer. De la façon dont ces métiers évoluent, la façon dont, moi, mon métier peut apporter de la valeur aux autres. C'est ainsi que je vais pouvoir voir où le Peer-Learning fait du sens. Et encore une fois, cela passe par un travail de maturation, de conviction. Et normalement, quand on se reverra en 2030, nous verrons que les entreprises qui ont fait ce choix-là, auront plutôt mieux réussi que les autres !



Skilltroc : "Ce que j'entends surtout, c'est que le Peer-Learning peut être brique d'un puzzle de modes d'apprentissage, qu'il doit être "drivé" par un projet global. Mais ce que sous-tend le Peer-learning, c'est cette capacité d'apprendre à apprendre, et c'est aussi un sujet traité dans votre ouvrage.

Pouvons-nous revenir sur cette notion de "apprendre à apprendre" ?"

Romain Rabier : Au départ, on parlait beaucoup de l'importance d'"apprendre à apprendre"(voir notre article en lien), mais la fiche s'appelle "Apprendre à Désapprendre et à Apprendre", car c'est une des conditions de la transformation. Aujourd'hui, on se rend compte, par rapport à toutes ces personnes installées dans l'organisation (Middle / Top managers notamment), qui ont leurs schémas de pensée et leurs modes de fonctionnement, que le problème, ce n'est pas que d'apprendre à apprendre pour se transformer, mais d'apprendre à désapprendre. Car remettre en cause des processus ancrés, des façons de faire, c'est finalement beaucoup plus compliqué ! On s'attaque là à ce qui est la composante intrinsèque d'un individu. Pour moi, l'enjeu est d'abord à ce niveau !


●●●

Retrouvez Romain Rabier :

▶︎ Sur son blog www.monjobcestmoi.com

▶︎ Lien vers le sommaire de Smart Leaders

▶︎ Pour vous procurer Smart Leaders : Amazon, Fnac

A PROPOS DE SKILLTROC
SUIVEZ-NOUS
  • Twitter Icône sociale
  • LinkedIn Social Icône
NEWSLETTER
Logo Club Gen Startuppeuse.jpg

Skilltroc, un projet à impact soutenu et accompagné par le #ClubGENStartuppeuse, incubateur numérique et in situ

 de l’ESSEC dédié aux #WomenInTechForGood

Logo Skilltroc